La Banque alimentaire maintient le plan canicule

La Banque alimentaire maintient le plan canicule
02/09/2013

Peu importe la température affichée sur le thermomètre : l'été,  une dizaine de personnes âgées de plus de 75 ans de la ville bénéficient de cette aide précieuse.
Lucienne Rissot est aux anges lorsque retentit la sonnette dans son petit appartement. Ce matin-là, elle sait que deux bénévoles de la Banque alimentaire doivent venir déposer un colis alimentaire. "Dans mon cas, c’est comme un cadeau. Je suis seule, très handicapée, et il faut toujours quelqu’un avec moi pour m’aider à faire les courses", confie cette Nîmoise de 77 ans.

 Une dizaine de personnes âgées aidées

Lucienne Rissot, comme une dizaine d’autres personnes âgées de plus de 75 ans de la ville de Nîmes, bénéficie du “plan canicule” activé tout au long de l’été par la Banque alimentaire et le CCAS (centre communal d’action sociale). En réalité, peu importe la température affichée sur le thermomètre : "Nous effectuons tous les matins une tournée pour subvenir aux besoins de ce public. Pendant les vacances, de nombreuses associations ne peuvent plus intervenir, nous prenons le relais", explique Jean-Luc Benoît, nouveau président de la Banque alimentaire, élu en mars.

Des étudiants : "On est parfois attendu comme le messie"

 Légumes, fruits, produits laitiers… Les aliments fournis par l’association proviennent de l’entrepôt, 650 m2 situés sur le secteur du Marché Gare. Tous les matins, à 8 h 30, une camionnette conduite par Alain, "un chevronné de la Banque alimentaire", sourit le président, prend la direction du centre-ville. En juillet, deux étudiants, Cédric et Loan, ont assuré le service. "On est parfois attendu comme le messie. On rencontre des gens vraiment très seuls et en grande difficulté." Le premier s’apprête à entamer un master édition à la prochaine rentrée à Clermont-Ferrand, le second poursuivra ses études arts appliquées design.

La seule visite de la journée

Tous deux reconnaissent, derrière ce job d’été, "une expérience humaine enrichissante". À l’occasion, les représentants de la Banque alimentaire échangent quelques minutes avec ces personnes seules. "Très souvent, c’est leur seule visite de la journée, observe Jean-Luc Benoît. Cela rompt un peu la solitude." Lucienne Rissot applaudit l’initiative. "Avec ma retraite à 645 € par mois, je ne peux pas refuser."

Edito

Voeux du Président