Etudes bénéficiaires

Corps

Les bénéficiaires sont évidemment au cœur de notre action.

17% de la population européenne est directement concernée par la pauvreté.

smothies

Une étude CSA menée fin 2018 s’appuie sur la consultation de plus 2000 bénéficiaires au sein d’un échantillon national représentatif de 200 associations et C.C.A.S partenaires de la FFBA. Des tendances se confirment :

  • La féminisation des publics - 69% des personnes qui font appel à l’aide alimentaire sont des femmes (dont 40% ont 50 ans ou plus) - 61% des bénéficiaires ont au moins un enfant à charge et même un enfant de moins de 3 ans dans 30% des cas.  
  • Le vieillissement des bénéficiaires - L’âge moyen se situe désormais à 47 ans (contre 45 ans en 2016).  
  • Le manque de travail -  83% des bénéficiaires sont inactifs, avec une hausse remarquée du nombre de retraités, de personnes handicapées ou invalides.

manequin-president

Comme l’explique Jean-Luc Benoît, le président de la Banque Alimentaire du Gard :

« Pour tous ces profils, économiser environ 96 € par mois grâce à l’aide alimentaire est essentiel ; on voit d’ailleurs dans cette enquête que 53% des bénéficiaires considèrent qu’ils ne pourraient s’en passer. L’aide alimentaire permet aux foyers les plus modestes d’équilibrer un peu leur budget en faveur du logement ou de leurs enfants ».

Cette étude révèle également :

  • Un bénéfice clairement ressenti sur la santé - La combinaison de l’ensemble de ces facteurs (âge, enfant à charge, isolement ou éloignement de l’emploi) n’est pas sans impact sur la santé des bénéficiaires -  41% des bénéficiaires ont le sentiment de ne pas être en bonne santé mais 76% déclarent que l’aide alimentaire leur permet d’avoir une alimentation équilibrée et 64% se sentent en meilleure santé de ce fait.  
  • Une conscience et de la gratitude pour le travail des bénévoles – D’après cette étude, ils sont plus de la moitié (53%) à souligner le rôle des bénévoles et de plus en plus conscients de l’importance d’avoir une alimentation équilibrée (63%).  
  • Un besoin d’être accompagné - 71% des bénéficiaires déclarent que venir chercher l’aide alimentaire dans nos associations partenaires est pour eux l’occasion de croiser des bénévoles, de discuter, de faire part d’un problème et peut-être de commencer à esquisser une solution.

35ans2   

Pour Jean Luc-Benoît :

« C’est la preuve que l’aide alimentaire contribue à apporter une certaine stabilité, surtout dans un contexte global de plus en plus difficile ; d’ailleurs, on voit que le nombre de bénéficiaires qui restent optimistes reste stable (65%). Nous sommes récompensés de nos efforts par cette étude qui prouve notre efficacité. J’associe évidemment les 77 associations partenaires qui sont notre relais dans cette chaîne solidaire sur tout le territoire du Gard.  Nous récoltons, nous gérons, nous partageons et nous formons. Nous fournissons 1200 tonnes de denrées alimentaires par an. Les associations partenaires sont les mains précieuses qui préparent les 370.000 repas chaque année et serrent les mains des quelques 10.000 bénéficiaires dans notre département. Je remercie également tous nos partenaires, institutionnels ou privés, européens, nationaux et locaux, qui nous aident précieusement. Nous avons toujours besoin d’aide, publique, privée ou bénévole, n’hésitez pas à nous contacter. Merci ».