Le projet associatif

Projet associatif du réseau des Banques Alimentaires « Ensemble, aidons l'homme à se restaurer »

Une ambition à partager

 

Conformément à la Charte des Banques Alimentaires européennes, les Banques Alimentaires françaises fondent leur action sur les valeurs de don et de partage. Elles sont engagées, sans a priori idéologique ou culturel, dans une démarche de solidarité au service des personnes démunies, en partenariat avec des associations et organismes sociaux. Cette démarche vise à favoriser une alimentation de qualité et créatrice de lien pour les personnes en situation de précarité. Réparties sur l'ensemble du territoire, elles fonctionnent toute l'année et en réseau au sein de la Fédération Française des Banques Alimentaires.

 

Des axes pour agir

  • Prospecter et collecter des produits alimentaires, sans acheter, en privilégiant les denrées qui permettent une alimentation diversifiée, équilibrée et régulière et en participant à la lutte contre le gaspillage.
  • Transporter, stocker et distribuer les denrées de manière équitable, dans le respect de la réglementation, notamment en matière d'hygiène et de sécurité alimentaire.
  • Remettre ces denrées aux Associations et CCAS (Centres Communaux d'Action Sociale) partenaires, dans le cadre d'un engagement réciproque et durable.

    Inscrit dans la convention de partenariat alimentaire, cet engagement vise également à :

    - Encourager les Partenaires des Banques Alimentaires à développer un accompagnement des personnes accueillies, décidé d'un commun accord avec ces dernières (accompagnement individualisé vers une sortie de la précarité ; actions collectives porteuses de lien social).

    - Inciter les Banques Alimentaires à réaliser des actions d'appui auprès de leurs partenaires (formations, échange de pratiques, fourniture d'outils,...).

  • S'investir pour être reconnu en tant qu'acteur local de la lutte contre l'exclusion, dans le cadre d'un engagement partagé avec l'ensemble des autres intervenants.

 

Des moyens pour réussir

  • Les Banques Alimentaires, qui s'appuient principalement sur le bénévolat, réunissent les moyens humains et techniques nécessaires à l'exercice de leur mission et s'organisent pour :
  • Etre à l'écoute des besoins des personnes en situation de précarité à travers une relation de confiance avec les Partenaires.
  • Développer les compétences et les savoir faire par des programmes de sensibilisation et de formation, pour leurs membres et leurs partenaires.
  • Mettre en œuvre une collaboration étroite entre Banques Alimentaires au sein de chaque OTR (Organisation Territoriale du Réseau), pour mutualiser les ressources et les moyens, monter des opérations communes, échanger les pratiques et les expériences.
  • S'impliquer activement dans la vie de la Fédération, chargée de la cohésion du réseau et garante du projet associatif.

 

Comme toutes les  Banques Alimentaires, la Banque Alimentaire du Gard ne gère pas  d'argent !
Le principe sur lequel nous fondons notre action part du constat suivant :
- d'une part, il existe dans la filière agro alimentaire(Grandes et Moyennes Surfaces , industriels et producteurs) des surproductions et des invendus d
- d'autre part des familles qui rognent sur tout pour survivre, à commencer par l'alimentation.
Réduire le gaspillage en luttant contre la sous nutrition et la malnutrition de nos concitoyens les plus démunis, c'est la fonction première de la Banque Alimentaire du Gard.
 
La Banque Alimentaire du Gard, fonctionne avec quatre salariés et une cinquantaine de  bénévoles, ; elle collecte gratuitement, toute l'année, des denrées alimentaires, les transporte, les stocke et les partage entre associations et  les Centres Communaux d'Action Sociale partenaires (CCAS°.
Ces Associations et CCAS partenaires les redistribuent aux plus démunis de notre département en fonction de leurs besoins.
La Banque Alimentaire du Gard s'adapte aujourd'hui pour faire de l'aide alimentaire une forme d'accompagnement, qui puisse générer du lien social. Elle est devenue un acteur local majeur des dispositifs de lutte contre l'exclusion.

Edito

Voeux du Président